Marguerite Van Loo

Madame VAN LOO (Paris 1872 –Etampes 1918)
Elle repose dans le cimetière de Boissy-La-Rivière aux côtés de son mari Georges Van Loo, propriétaire du château de Bierville (il a été Conseiller Municipal de Boissy).
Elle est inscrite sur le monument aux morts avec le titre « InfirVan Loomière Major ».

Marguerite Van Loo, née Elisabeth Marie Pauline Brun le 08 Février 1872 à Paris.
Première épouse de Georges Van Loo, de 16 ans son aîné, s’installe avec lui au Château de Bierville. Elle s’implique d’abord dans les tombolas, les bals, les oeuvres de charité, puis elle suit les cours d’infirmière et obtient le diplôme qui lui permettra d’exercer son autorité à l’hôpital 217.
Pendant toute la durée de la guerre, avec l’Association des Dames de France, dans cet hôpital, installé provisoirement au Collège d’Etampes, elle organise les soins et se dépense sans compter auprès de très nombreux blessés au front qu’Etampes accueille.
Elle se rendait chaque jour à bicyclette à l’hôpital, épuisée, elle meurt en quelques jours au milieu des malades et blessés, emportée par la grippe espagnole, la veille de l’Armistice.
Elle mérite le titre « Mort pour la France », titre exceptionnel pour une femme (et peut-être unique pour cette époque)
Madame Van Loo est inscrite sur le monument aux morts de notre cimetière avec le titre « infirmière Major » et elle repose dans le caveau familial aux côtés de son mari Georges.

 

Le testament de celui-ci indique, au milieu de nombreux legs à la Ville d’Etampes et à Paris, qu’il fait don d’une rente de trois cents francs par an à la Commune de Boissy La Rivière en contrepartie de l’entretien de leur caveau et du dépôt d’une gerbe de roses rouges le 20 juillet de chaque année, jour de la Sainte Marguerite.
Les années passant, la rente est devenue caduque et de fait, la contrepartie aussi.
Mais cette année 2014, à l’occasion du centenaire du début de la Guerre 1914-1918, les élus ont souhaité remettre à l’honneur cette femme exceptionnelle en déposant un bouquet de roses sur la tombe.